Les produits alimentaires en outre-mer sont plus sucrés

Le guadeloupéen Victorin Lurel, vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a déposé le 9 juin dernier un texte de loi sur les produits distribués dans les Dom-Tom, dont la teneur en sucre est supérieure à celle des mêmes produits distribués en France hexagonale. "Une loi visant à interdire aux industriels de l'agroalimentaire de distribuer des produits dont la concentration en sucre est supérieure à celle du même produit de même marque vendu en France hexagonale".

Le ministre de la santé, Xavier Bertrand n'est pas favorable à une  loi "d'exception" pour l' Outre-mer. Il préfère aborder la question de  de l'obésité, en se  remettant aux directeurs des Agences régionales de Santé (ARS) ultra-marins afin qu'ils engagent avec les fabriacants des discussions pour baisser la teneur en sucre des produits, pour être équivalent à la métropole. Par exemple,  un yaourt vendu dans les Dom contient en moyenne 5 grammes de glucides en plus par pot de 125 grammes que sur le même produit vendu en France métropolitaine.

La démarche du député va dans le bon sens. Il y a des mesures courageuses à prendre pour réduire la consommation de produits sucrés surdosés. Je vois mal comment les directeurs d'ARS pourront techniquement imposer un cadre aux industriels de l'agro-alimentaire. Il y a des moments où l'intervention de l'Etat peut contribuer à veiller à améliorer la santé de ses concitoyens. A la Réunion, où les problèmes d'obésité, de diabète et d'hypertension se posent avec plus d'acuité qu'en France hexagonale, il est nécessaire d'agir en légiférant la proposition de loi de du député guadeloupéeen, Victorin Lurel.

Jean-Daniel DENNEMONT