La nécessité de reconnaître le chik en affection longue durée (ALD)

La crise sanitaire qui a frappé la Réunion en 2005 et en 2006 a encore des conséquences aujourd'hui, et peut être pour toujours chez certaines victimes du chikungunya. A cette époque, la Réunion avait baissé sa garde en matière de lutte anti-vectorielle. Beaucoup de réunionnais ont été touchés, et certains ont aujourd'hui une maladie invalidante. D'après une étude de Téléchik parue en 2011, le nombre de malades chroniques était encore très élevé, même si la tendance est à la baisse sur le long terme.

D'après une jurisprudence, le chikungunya est reconnu comme accident du travail. Cette reconnaissance devrait s'inscrire aussi en tant qu'affection longue durée (ALD). Aussi, toute une batterie de mesures devraient être pensée sous la forme d'aide ménagère ainsi qu'un suivi social et psychologique, pertinent des personnes malades.

Jean-Daniel DENNEMONT