Y a- t-il encore un capitaine dans le bateau?

conférence de presse du 24 janvier 2013

                    UN MAIRE A BOUT DE SOUFFLE

  Au cours de ces derniers mois, le maire des Avirons a démontré un certain laxisme dans la gestion des affaires municipales. La population avironnaise a besoin de connaître aujourd’hui la réalité du travail du maire qui va à l’encontre des valeurs de respect, d’égalité et de justice. Je vous propose des situations concrètes qui pointent un réel laisser-aller qui se répercute sur le fonctionnement de la collectivité et sur la qualité du service envers la population.

- Aménagement du temps de travail du personnel de direction et des proches du Maire.

 

Plusieurs personnels de direction, dont la directrice générale des services et autres personnels obtiennent un aménagement de leur temps de travail pour y exercer leurs activités extra communales  sur Saint-Pierre pendant les horaires de bureau. Elles s’y rendent bien entendu avec le véhicule communal et naturellement avec l’aval du maire. Ce privilège accordé à cette catégorie de personnel est un très mauvais exemple pour le fonctionnement de notre commune où les employés de base ne sont plus entendus.

 Ce réaménagement à la carte et à la tête a des répercussions sur l’organisation municipale. Leur absence coïncide avec les besoins des administrés et du personnel, c’est-à-dire entre 8h et 16h. Ce qui nous pouvons l’imaginer provoque la  colère du personnel communal.

 Ce sont ces mêmes personnes qui détiennent toutes les manettes au sein de la collectivité communale! J’invite le maire à mettre un terme à ce genre de pratique qui discrédite la fonction politique.

 L’organisation interne de la mairie des Avirons a un besoin d’être revue en profondeur.                            

  

- Un recrutement communal qui exclut de plus en plus les avironnais

Plusieurs emplois ont été créés aux Avirons ces 2 dernières années : Micro-crèche, cuisine centrale, assistante sociale, administration centrale et maintenant la médiathèque. Voilà un tableau des postes créés depuis deux ans.

 Il s’avère que les avironnais sont oubliés de ces créations de poste. Pourtant, il y a de plus en plus de jeunes qui sont formés!

Depuis quelques temps, voilà le résultat de la politique de recrutement imposée par le maire !

 Si une véritable politique de formation était mise en place, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Je suis conscient qu’on ne peut pas tout recruter aux Avirons. Mais il y a des postes où on aurait pu soit anticiper et former, soit veiller à ce que les avironnais formés accèdent à ces emplois.

 C’est d’autant plus inacceptable pour un maire qui se vante de présider le centre de gestion et le CNFPT. Il est soit disant en possession des CV des avironnais qui viennent le voir avec l’espoir d’obtenir un emploi. Que fait-il de ces CV qui s’empilent dans son bureau?

Aujourd’hui le maire se contente de distribuer des contrats aidés et précaires aux avironnais !

 Il serait temps d’anticiper une politique de formation en fonction des besoins futurs.

 Je formule le vœux que nous puissions avoir des avironnais formés pour accéder aux futurs emplois créés notamment au niveau des micro-crèches et autres postes envisagés.  

 

- Dans le service des écoles : A quand la titularisation des ATSEM ?

 

Au mois d’août dernier, nous avions beaucoup entendu parler de sécurité et de protection dans les écoles. Si nous voulons être logiques, cette exigence impose d’abord une reconnaissance statutaire pour un personnel qui intervient depuis 20 ans, 30 ans.  Ce personnel mérite un coup de pouce car les ATSEM effectuent un travail remarquable.

 Je propose d’ouvrir le chantier de la titularisation des ATSEM qui œuvrent au quotidien auprès de nos enfants.

 Des efforts ont été faits dans d’autres services, alors pourquoi cette négligence envers les ATSEM ?

  

- Au niveau de l’action culturelle : un désintérêt  total du maire pour la question culturelle !

 

Après l’ annulation du défilé de chars en 2011, voilà maintenant que la manifestation qui devait avoir lieu le 20 décembre 2012 au centre ville a été annulée sous prétexte d’une vigilance forte pluie… Pluie qui n’est jamais tombée aux Avirons ce soir là !

Cette décision arbitraire du maire a soulevé le mécontentement des jeunes avironnais qui ont pris la décision de marquer malgré tout l’évènement sur la place de la mairie le soir même.

Heureusement, qu’une association et une initiative individuelle ont pris le relais de la mairie.

  

 Ce laxisme du maire, ces décisions à l’emporte-pièce, ce manque d’intérêt pour le recrutement des avironnais et ce peu d’engouement envers la culture nous amènent à poser une question : Y A-T-IL ENCORE UN CAPITAINE DANS LE BATEAU ?

 

conférence de presse du 24 janvier 2013