Logement social

Le mal-logement à la Réunion

La Fondation Abbé Pierre présentait aujourd'hui son rapport annuel sur le mal-logement. La situation à la Réunion ne s'améliore pas malgré des effets d'annonce d'un plan Marshall s'accordant sur la construction de 5000 logements par an, afin de résorber en six ans le déficit de logements sociaux. En effet, 22000 logements sociaux ont été construits dans les années 1990, alors que dans les années 2000, seulement 13096 logements sociaux sont sortis de terre, soit 40% de moins. En 2010, 1095 logements sociaus ont été livrés.

La demande est aujourd'hui évaluée aux alentours de 26000 et 30000. La défiscalisation découlant de la LODEOM n'a pas eu les effets escomptés. De plus, j'ai pu constater que beaucoup de situations sociales ne sont pas éligibles aux logements locatifs sociaux (LLS) car leurs ressources sont insuffisantes. Les vrais cas sociaux sont exclus de ces logements sociaux soit-disant destinés à ce public.

A l'approche des élections présidentielles de 2012, les préconisations faites par la Fondation Abbé Pierre sont une base intéressante pour faire du logement social à la Réunion une priorité. Le logement est en effet le premier vecteur d'insertion pour la famille. Je citerai quelques unes des pistes évoquées pour améliorer la situation réunionnaise :

- Accroître la production de logements sociaux : 5000 par an pendant six ans. Pour cela, il y a urgence à reconsidérer à la hausse les crédits affectés au logement social de la ligne budgétaire unique (LBU). Aussi, l'Etat doit augmenter sa participation dans le financement d'opérations afin de tenir en compte la hausse des coûts de construction et d'aménagement foncier.

- Eradiquer l'habitat insalubre, en accélérant et en intensifiant les opérations de RHI, à partir d'une meilleure concertation institutionnelle, avec une attention particulière aux ménages exclus des dispositifs d'aide à l'amélioration de leur logement, comme les personnes âgées.

- Renforcer les dispositifs d'aide  au logement temporaire et d'accompagnement  vers le logement durable. Ces outils pourraient aider notamment les jeunes et les situations urgentes.

- Accélérer la création de maisons relais à la Réunion, qui n'en compte aucune pour le moment.

- Doter la Réunion de nouvelles places d'hébergement pour les publics les plus marginalisés.

Les propositions de la Fondation Abbé Pierre sont pertinentes. Le droit au logement passe forcément par des moyens conséquents dans une île où la demande est importante. Aussi, Il faudra occuper l'espace à aménager avec intelligence. La mixité sociale doit s'imposer dans chacune des opérations. L'appropriation des familles dans leur nouveau logement et leur nouveau quartier mérite une attention particulière.

Jean-Daniel DENNEMONT

Logement social outre-mer, diminution de la LBU!

LE LOGEMENT SOCIAL : UNE DIMINUTION DE LA LIGNE BUDGETAIRE UNIQUE (LBU)!

En début de semaine, Mme PENCHARD précise que les crédits de la Ligne Budgétaire Unique (LBU) sont sanctuarisés. On se souvient encore de ce message gouvernemental lors du vote de la LODEOM relatif à la défiscalisation sur le logement social, où ce nouveau dispositif viendrait en supplément de la LBU.

Pourtant, un rapport d'information parlementaire prouve le contraire.  La LODEOM a instauré cette possibilité pour les programmes de logements sociaux de cumuler défiscalisation et LBU. Le hic, les DDE seraient incitées à ne débloquer la LBU seulement si la défiscalisation ne suffit pas au bouclage de l'opération. C'est totalement contraire à l'esprit de la loi, d'après les deux parlementaires qui ont rédigé ce rapport. De même, ils s'élèvent contre une circulaire rédigée par Mme PENCHARD indiquant que "sauf cas particuliers, le recours à la défiscalisation doit conduire à une modération voire à une absence totale de la subvention."

Mme la Ministre tient un discours officiel et applique totalement le contaire de ce qu'elle affirme! Jusqu'où ira-t-on avec Mme PENCHARD!

Jean Daniel DENNEMONT (08/10/2010)