Le piège tendu par le PCR?

Les maires PCR sont en première ligne dans le combat des contrats aidés. Ils sont les plus offensifs face au gouvernement. Vigilance certes nécessaire, mais non dénuée d'une revanche envers un PS local qui a contribué à réduire la force électorale des communistes locaux. Face à l'inertie des élus PS depuis les dernières législatives, le PCR a pris son baton de pèlerin pour défendre les réunionnais. C'est dans cette posture qu'ils sont le plus à l'aise.

contrataides.jpgRoland Robert et Maurice Gironcel, deux élus PCR en première ligne dans le combat

Après avoir obtenu le ralliement des maires de droite dans le dossier de la réduction des contrats aidés, le PCR commence à régler ses comptes avec un PS qui laisse déjà transparaître ses divisions, entre Gilbert Annette et Patrick Lebreton, ou entre les maires de Saint-Joseph et celui de la Petite-Ile. Paul Vergès et son équipe s'engouffrent dans la brèche. Parallèlement, il s'active actuellement à remettre  sur le devant de la scène une idée passée aux oubliettes, la remise à plat du salaire des fonctionnaires à la Réunion. Sa dernière tentative avait échoué  en 1997. Plus de 20 000 fonctionnaires dans la rue durant 15 jours!

Après avoir été désavoué par les réunionnais lors des élections législatives, Paul Vergès réapparaît en relançant le débat de la sur-rémunération des fonctionnaires (voir Témoignages du 04/08/2012) : " la question de l’unité de traitement dans la fonction publique est un principe très lié à celui de la justice sociale que le gouvernement a choisi comme mot d’ordre. Or à La Réunion, de fortes inégalités de traitement persistent au sein de la fonction publique...".

En fin politicien, l'ancien président du conseil régional se saisit de la situation de crise et du mot d'ordre de justice sociale avancé par le gouvernement pour justifier cette vieille proposition. Et surtout il corrobe son argumentation d'une décision du tribunal administratif ( suite à une requête d'une salariée intégrée dans la fonction publique territoriale à la mairie de Saint-Louis, insatisfaite de ne pas bénéficier de l'indexation), déclarant illégale la sur-rémunération des fonctionnaires à la Réunion.

La tête pensante du PCR  souligne maintenant que la sur-rémunération n’est plus un obstacle à la titularisation  des employés communaux puisque l’indexation est hors-la-loi. Et voilà l'appel de Paul Vergès entendu par son conseil de la reconstruction. Ainsi, lors d'une conférence de presse du vendredi 10 août 2012,  pour soutenir la démarche des maires sur la réduction des contrats aidés, Krishna Damour a précisé que « la question de la rémunération sera également mise sur la table, car comme vous le savez il existe trois types de statuts au sein des communes ». Puis il ajoute : « la titularisation de tous les agents ne pourrait être supportée par le budget des communes », d’où une nouvelle politique des revenus qui devra être débattue par les acteurs politiques et économiques de l’île.

A travers la problématique des contrats aidés, Paul Vergès amène l'ensemble des élus de la Réunion à évoquer le fonctionnement des établissements scolaires par les collectivités locales. Sachant les difficultés à recruter et à titulariser de nouveaux fonctionnaires, Paul Vergès impose son idée! Et il redevient crédible avec la bénédiction des élus de droite et certains du PS.

Je reste persuadé qu'on est en train de trouver un nouveau bouc émissaire pour expliquer toutes les injustices à la Réunion, c'est à dire les fonctionnaires. Le risque aujourd'hui, c'est que certains élus métropolitains remettent sur le tapis cette question de la sur-rémunération. En s'appuyant cette fois-ci sur une jurisprudence du tribunal administratif. Et là, tout le dispositif s'effondrerait, et on ne pourrait plus conserver ces primes dans l'économie de la Réunion.

Le PCR parviendra peut être à ses objectifs. Mais, je ne comprends toujours pas la démarche du PCR, soi-disant de gauche, qui aspire à baisser le salaire des fonctionnaires!

Jean Daniel DENNEMONT

Sur-rémunération

Ajouter un commentaire