La fin de la surrémunération des fonctionnaires?

La Ministre de l'outre-mer a évoqué discrètement la surrémunération des fonctionnaires outre-mer lors de son dernier séjour en mai à la Réunion. Elle a lâché,  la phrase suivante, dixit le JIR du 30 mai 2011 : "ça ne va pas rester comme ça, ça doit bouger. Il va se passer quelquechose...". Elle aurait laissé entendre que seuls les nouveaux fonctionnaires serait concernés.

Je crains que certains laissent passer l'élection présidentielle de 2012 pour remettre sur le tapis cette question. Plusieurs rapports venant du député Marc Laffineur, puis de Jean Arthuis, ont pointé la nécessité de rediscuter de la surrémunération outre-mer. Mais toute discussion sur ce sujet s'est transformée en grande mobilisation des réunionnais en 1979 et en 1997, où je faisais partie des 15 000 personnes qui se rassemblaient tous les jours pendant trois semaines.

Ce complément de salaire injecte au moins 800 millions d'euros par an dans l'économie réunionnaise. Beaucoup d'emplois découlent de ces ressources supplémentaires. Même si cette remise à plat devrait toucher notamment les nouveaux arrivants, il sera compliqué de cohabiter des professionnels de niveau équivalent avec une grande disparité de salaire. Voilà des raisons qui me préoccupent aujourd'hui et qui font que je préfère une revalorisation des salaires du privé vers le haut au lieu de niveller le salaire des fonctionnaires par le bas.

Jean-Daniel DENNEMONT

Commentaires (2)

HOAREAU
  • 1. HOAREAU | 15/06/2011
Bonjour,

Mettre un terme à la surrémunération des fonctionnaires a toujours été un problème lorsque l’Etat rencontre des difficultés financières. Moi je dis, qu’au lieu de toujours attaquer la classe moyenne, de les pénaliser pour un rien (je suis fonctionnaire, mes enfants font leurs études en France, et ne touchent pas un centime de bourses, mes voisins sont des Rmistes, ils perçoivent toutes les prestations et allocations familiales, à côté de cela ils travaillent au noir), pourquoi l’Etat ne modifierait pas certaines conditions pour ceux qui ne travaillent pas, ou encore la retraite des ministres (qui touchent environ entre 3000 et 4000 € par mois), ou tout simplement d’augmenter l’impôt sur la fortune (qui a augmenté, mais qui par magie a été réduit récemment).
Pourquoi ceux qui s’acharnent au travail doivent-ils toujours payer ? Moi je laisserai volontiers ma place de payeur à un politicien, qui reçoit des pots de vin, qui ne paie rien (surtout lors des voyages d’affaires soit disant).
ARRETER CA ! LAISSER LES FONCTIONNAIRES TRANQUILLES !
richard
  • 2. richard | 31/05/2011
La surrénumération est un sujet brulant car politique, donc électoral. Il serait intéressant de se demander quel serait l’avenir sans cette indemnité temporaire qui dure. Lorsque l’on est objectif, il est évident que cette prime n’a plus lieu d’être de nos jours et qu’elle favorise un petit nombre d’élus au détriment du plus grand nombre. Le principe même d’égalité est bafoué car des avantages sont octroyés à une seule frange de la population. Cette prime favorise un niveau élevé de l’ensemble des prix pratiqués par la grande distribution, les concessions automobiles et la location immobilière. (Pourquoi le retour sur investissement des grandes surfaces est il deux fois plus rapide ici qu’en métropole alors que le cout de la construction est plus élevé ? Les marges exorbitantes bien sur !)
En supprimant cette prime, nous verrions une diminution des prix pratiqués par les grands groupes de distribution sur les fonds de rayons, une baisse des marges sur les automobiles et une baisse également sur le prix de la location des maisons. Tout le monde y gagnera.
Cet avis n’est que ce qu’il est , il n’est pas figé et n’engage que moi

Ajouter un commentaire