Article du journal de l'Ile du 16 mars 2012

Les Avirons : Jean-Daniel Dennemont, l’homme qui veut la place de Michel Dennemont

 

  • publié le 16 mars 2012
JIR
Les Avirons : Jean-Daniel Dennemont, l'homme qui veut la place de Michel Dennemont

Jean-Daniel Dennemont affiche ses ambitions : être le futur maire des Avirons (photo Jean-Claude François).

Alors que toute l’île a le regard tourné vers les présidentielles et les législatives, aux Avirons, la bataille des municipales a déjà commencé. Jean-Daniel Dennemont, ex-dauphin très en vue du maire Michel Dennemont, affiche ouvertement ses intentions pour 2014. Portrait.

Être calife à la place du calife. A la Réunion, les candidats prêts à tuer le père défrayent régulièrement la chronique. Quelques déclarations fracassantes, des promesses nombreuses et puis, plus rien dès que le verdict des urnes les ramène à la réalité. "Une élection ça se prépare. Je ne veux pas être comme certains qui sont élus sans s’être préparés", soutient Jean-Daniel Dennemont. Cet ex-dauphin du maire des Avirons Michel Dennemont, dont il a quitté la majorité en septembre 2011 et avec lequel il n’a pas de lien de parenté, ne fait plus mystère de ses ambitions. S’il est le prochain maire des Avirons ? Il répond oui, sans sourciller, comme si son avenir politique était déjà écrit. "Pour beaucoup de personnes, je suis un candidat naturel, le seul capable de battre l’actuel maire", ajoute-t-il. En 2001, il est encore loin de tenir ce discours. S’il a déjà soutenu Eric Ferrère, opposant historique au maire, il se laisse séduire par Michel Dennemont. "Il avait un projet social intéressant. Il était encore à l’écoute des gens", justifie-t-il. Finalement élu de justesse sur la liste de Michel Dennemont, il s’active et met en place la feuille de route municipale. "Je lui confiais des missions et il le faisait plutôt bien", reconnaît aujourd’hui encore Michel Dennemont. "Jamais la mairie n’a été aussi active qu’entre 2001 et 2008", soutient pour sa part l’opposant.

"les dents qui rayaient le parquet"

Mais l’idylle ne durera pas. S’il est perçu comme le possible successeur du premier magistrat, Jean-Daniel prend de la place. Trop aux yeux du maire qui lui reproche de jouer "perso". "Dans une équipe, on joue collectif. Il avait un blog où il parlait que de son action. Il avait les dents qui rayaient le parquet. J’ai agi avant qu’il commette un parricide", tacle Michel Dennemont.  L’année 2011 a en effet couronné le divorce entre les deux hommes. En avril, juste après les cantonales, l’adjoint perd ses délégations. "Didier Robert est venu chez lui et l’a persuadé qu’il représentait l’avenir des Avirons. Il est tombé dans le panneau et a essayé de convaincre les électeurs d’attendre le second tour pour voter pour moi. Ça, je ne l’ai pas supporté", reconnaît le maire. En septembre, juste après les sénatoriales, la séparation est définitivement consommée. Depuis, Jean-Daniel Dennemont a repris sa liberté et laboure le terrain. De réunions privées en porte-à-porte, il tente de convaincre qu’il représente l’avenir des Avirons. "Le problème chez Michel Dennemont, c’est qu’il fait tout dans le petit, à minima. Et puis, il décide de tout avec deux ou trois proches et les élus sont juste là pour valider sa stratégie." Son discours est parfaitement rodé. Reste une question. Pour qui roule-t-il ? Jean-Daniel refuse d’afficher une quelconque couleur politique. À peine consent-il à lâcher qu’il se "reconnaît dans les valeurs du centre droit". Et comme pour mieux brouiller les cartes, il ajoute : "Je ne me reconnais pas dans Nassimah Dindar ou Michel Dennemont. Des personnalités comme Thierry Robert, Didier Robert ou Huguette Bello sont de qualité. Je ne suis pas enfermé dans une vision idéologique". Il va même jusqu’à affirmer que le tram-train était une "bonne chose" pour la Réunion. Bref, il n’en dira pas plus même si lorsqu’on le questionne avec insistance sur ses relations avec Didier Robert, il répond par un blanc de quelques secondes avant d’enchaîner. "Je ne m’engage pas pour faire de la politique politicienne. Mon objectif, c’est les Avirons et ça s’arrête là". Il est pourtant conscient qu’il aura besoin dans sa quête d’appui politique. Sûr de son destin, Jean-Daniel Dennemont est déjà en campagne. Il laisse la porte ouverte à un rapprochement avec un autre opposant, Eric Ferrère. En face, confortablement installé dans son fauteuil de maire qu’il occupe depuis 25 ans, Michel Dennemont se laisse à peine impressionner. Il ne croit pas une seconde en la victoire de son ex-adjoint. "Il n’a pas d’avenir. En 2014, si j’ai toujours la santé, je me représenterai." Et la santé justement, il l’a. Ce week-end, il devrait faire Les Avirons/Sainte-Rose à vélo. Histoire de montrer à ses adversaires qu’il tient encore la distance

Maire

Ajouter un commentaire